Accueil Remonter Contactez-nous Sommaire

 

Sylvain Malézieux


 

 

 

           

sylvain

saxophone alto

  Je suis né à Lyon le 11 novembre 1972. Les drapeaux tricolores flottaient pour saluer mon arrivée, et les fanfares étaient de sortie ce jour-là. Un psychanalyste ambitieux pourrait peut-être y déceler l’acte fondateur de ma vocation… L’idée est séduisante, mais ce fut malheureusement un de mes seuls contacts avec le monde des harmonies.

Sous l’influence certaine de mon parrain saxophoniste amateur, je débutais mes études musicales avec Michel Maillard au Conservatoire National de Région de Lyon, pas très glorieusement il faut l’avouer. En effet, mes idoles de l’époque s’appelaient Platini ou Noah, et les noms de Bartok ou Stravinsky devaient certainement m’évoquer de brillants remplaçants d’équipes exotiques. Mes voisins, très solidaires et ô combien patients avaient beau me surnommer « le petit Mozart », mes premiers sons auraient très bien trouver leur place dans le catalogue des  chants d’oiseaux de Messian.

Néanmoins, entre deux entraînements de natation, je gravis progressivement les échelons hiérarchisés du C.N.R et rencontrais avec une légère crainte, bien naturelle Serge Bichon en 1996. Je n‘écoutais pas encore Mozart en boucle dans la salle de bains, mais la musique m’était devenue indispensable dans mes dernières années de lycée où je manifestais objectivement plus de dons pour l’étude du saxophone que pour les mathématiques.

Non sans appréhension, et bac en poche, je commençais avec passion mes études musicales : analyse avec M. Gaudet qui sut par son enthousiasme communicatif me dégourdir les oreilles, harmonie, contrepoint, musique de chambre remplirent pendant deux ans l’essentiel de mes journées. Mes parents, de plus en plus mélomanes, enduraient patiemment mes lectures à haute voix des Relevés d’Apprentis de Pierre Boulez, de mes commentaires d’écoute enthousiastes du Sacre du Printemps (je savais maintenant qui était Stravinsky…)

    En septembre 1991, j’obtenais une encourageante place en finale au concours européen de Gap. Ma quête du Graal fut récompensée en 1992, l’année de mes vingt ans. Je décrochais ma médaille d’or du C.N.R de Lyon, l’admission au C.N.S.M de Paris, et mon Certificat d’aptitude.

Je découvrais également l’orchestre en compagnie de Pierre Boulez dirigeant son Rituel (pas mal pour un baptême), et jouais les Tableaux d’une Exposition dans le prestigieux orchestre fondé  par Bernstein  du Schleswig Holstein Music Festival en Allemagne.

Tout en terminant mes études en beauté avec le quatuor, en compagnie de  Michel Moraguès et Lazlo Hadady, je passais bientôt de l’autre côté de la barrière et donnais mes premiers cours à l’Ecole Nationale de Musique du Havre. Les premières auditions, examens, avec une équipe d’élèves et de parents assez exceptionnelle, furent autant de grandes joies et de fortes émotions. Ma vocation était maintenant solidement dessinée.

J’enseigne maintenant à l’Ecole Nationale de Musique d’Evreux. Bref, je ne suis devenu ni Platini (malgré une fine touche de balle, j’insiste), ni le petit Mozart , mais les projets sont nombreux. Tant mieux !!

 

 

Sylvain comme vous ne l'imaginez pas  ??...

 

Laissez-moi votre message 

Début de cette page

 

Accueil ] Remonter ] Christian Wirth ] [ Sylvain Malézieux ] Fabrizio Mancuso ] Gilles Tressos ]

Dernière modification : 21 février 2009